HISTOIRE ET RELIGION

Morano Calabro
Parc National du Pollino

Communautés arbëresche et culte marial

Un voyage fascinant à travers le temps et l'histoire dans une région habitée depuis l'âge de pierre, comme en témoignent les signes du majestueux bœuf dessiné dans la Grotta del Romito de Papasidero datant d'il y a onze mille ans. Un itinéraire qui traverse les villages du Pollino de l'époque romaine, tels que Morano Calabro, la ville suggestive en demi-cercles qui a enchanté Esher qui l'a peinte à plusieurs reprises ; ceux des lombardes, comme l'ancien village de Laino castello ; et les centres habités des communautés de langue arbëresche, nées après les migrations de réfugiés et de combattants albanais qui s'y sont installés à partir du XVe siècle, Frascineto, Civita, Firmo, Lungro, Acquaformosa, San Costantino et San Paolo Albanese, ces derniers du côté lucanien du Parc. Ce sont des communautés très cohésives où, avec la langue, les coutumes arbëresche et les cultes orthodoxes sont toujours vivants. De nombreuses églises de la région font référence à cette confession, la plus importante étant celle de Saint-Jean-Baptiste d’Acquaformosa. D'autres lieux de spiritualité chrétienne particulièrement intéressants sont les sanctuaires mariaux, situés dans des contextes naturels d'une rare beauté, qui attirent des fidèles de partout, comme la Madonna del Pollino à San Severino Lucano, Santa Maria delle Armi à Cerchiara di Calabria, qui abrite l'image miraculeuse de la Vierge noire et de la Madonna del Pettoruto de San Sosti, un sanctuaire dominé par les ruines de l'ancienne ville-forteresse byzantine Kastron dei Casalini. A Ferramonti di Tarsia, en revanche, se trouve le plus grand camp d'internement fasciste d'Italie, une phase historique dramatique du XXe siècle reconstruite au Musée de la Mémoire.
Storia e Fede
centro storico Tiriolo
Parc National de la Sila

Sur la route de Joachim de Flore

En continuant vers le sud, vous entrez dans le parc de la Sila où parmi les plus anciennes traces de présence humaine, il y a celles du village néolithique qui a émergé sur la rive sud du lac Cecita datant de 3500 av. J.C. Réserve de bois pour les villes de la Grande-Grèce de la côte ionienne, à l'époque médiévale, la Sila est devenue un refuge pour les moines basiliens qui ont construit des monastères qui peuvent encore être visités aujourd'hui comme Santa Maria del Patire près de Rossano. Une spiritualité palpable dans les lieux de culte fondés par des moines ermites, bienheureux et saints : l'extraordinaire abbaye Florense de San Giovanni in Fiore construite au XIIIe siècle non loin du monastère voulu par le savant abbé Joachim de Flore, détruit par un incendie en 1214 ; et du sanctuaire de Saint-Humble, fondé par le bienheureux Pierre Cathin, envoyé par Saint François d'Assise pour fonder l'Ordre franciscain, à Bisignano, ville aux origines anciennes, un évêché, qui liait son destin à la fortune des princes Sanseverino. La Sila Greca, quant à elle, témoigne de la présence généralisée des communautés arbëreshe, à partir de la ville de San Demetrio Corone. Aux pieds de la Sila Piccola, plus au sud, se trouve la ville de Taverna, où le célèbre peintre Mattia Preti est né en 1613, et dont le Musée Civique abrite des œuvres précieuses ; en continuant en direction des Serres, vous rencontrerez Tiriolo, une ville habitée depuis le néolithique et dont les sommets dominent les deux mers comme dans pour Grifalco, un village d'origine médiévale situé dans le point le plus étroit de l'isthme de Catanzaro, d'où passait l'ancienne route de la Grande-Grèce qui reliait la mer Ionienne à la mer Tyrrhénienne.
Panorama S. Nicola da Crissa
Parc Naturel Régional des Serres

Dans les bois entre chartreuses et mines

Le voyage se poursuit vers le sud en direction du Parc des Serres et traverse Monterosso, village d'origine médiévale avec une ancienne mine de graphite en activité jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, un minéral désormais reproposé dans la teinture naturelle traditionnelle des tissus. La ville abrite le musée multimédia des Serre Calabraises qui raconte l'histoire du territoire et des communautés qui l'habitent. Puis nous rencontrons San Nicola da Crissa, « le balcon des Calabres » dont l'horizon s'ouvre sur l'Etna, puis Torre di Ruggiero, ville normande avec son sanctuaire de la Madonna delle Grazie appelé Lourdes des Serres. De là, l'itinéraire serpente dans l'un des tronçons les plus fascinants de la Véloroute, celui de Serra di San Bruno où, dans le cœur des bois, se dresse le premier monastère des Chartreux en Italie construit entre 1090 et 1101 par Bruno de Cologne, fondateur de l'Ordre, le Saint enterré dans le sanctuaire voisin de Santa Maria del Bosco. La Chartreuse est un lieu de profonde spiritualité que les moines vivent encore aujourd'hui et que les visiteurs peuvent découvrir grâce à un parcours narratif très engageant. Un monastère majestueux qui fait écho au couvent des pères dominicains de Soriano Calabro, l'un des plus importants d'Europe, détruit par le tremblement de terre de 1783 et dont la façade grandiose peut encore être admirée, dans un contexte monumental unique. En continuant vers le sud, la Véloroute mène à Mongiana où l'on trouve la Ferdinandea, l'imposant centre de production de fonte voulu par les Bourbons et dédié à Ferdinand II, un complexe urbain qui peut être visité entièrement et mis en valeur par le Musée Fabbrica d'Armi (c'est à dire usine d'armes), non loin de l'un des monuments symboliques de la Calabre, la cathédrale de Stilo.
Storia e Fede
Gambarie, Mausoleo di Garibaldi
Parc National de l'Aspromonte

Où souffle le vent de l'histoire

En arrivant au cœur de l'Aspromonte, la véloroute traverse Fabrizia, la ville fondée par le prince de Roccella Fabrizio Carafa au XVIe siècle, qui a toujours été un lieu d'échange entre produits de la montagne et de la mer. Du Passo del Mercante, un col qui à l'époque de la Grande-Grèce reliait les deux côtes calabraises, et Piani di Zervò, où l'ancien sanatorium Vittorio Emanuele II est situé entre denses forêts de hêtres et de conifères, on arrive à Canolo, un magnifique village de montagne entre deux canyons dans les « Dolomites du Sud ». Le voyage se poursuit en direction de Gambarie, en traversant les chemins des brigands qui mènent au sommet du Montalto, le plus haut sommet de l'Aspromonte d'où vous pourrez profiter de vues à couper le souffle, de l'est de la Sicile à la Sila, de la mer Ionienne à la Mer Tyrrhénienne, en direction de laquelle, dans la pinède séculaire de Sant'Eufemia di Aspromonte, vit le gigantesque arbre sur lequel s'appuyait le général Garibaldi, blessé en août 1862, et dont un mausolée rappelle les actes. En direction de la mer Ionienne, cependant, nous trouvons le sanctuaire de la Madonna di Polsi (862 m), « A Madonna dâ Muntagna », où est célébrée l'une des fêtes les plus sincères des populations de l'Aspromonte, dans un contexte naturaliste sans précédent qui a enchanté l'écrivain et illustrateur Edward Lear lors de son voyage en Calabre en 1847, qui a écrit : « Sans doute l'une des scènes les plus remarquables que je n’aie jamais vues ». Le dernier tronçon de la Véloroute est celui qui, du Monte Basilicò, parmi les plus beaux sommets de l'Aspromonte, mène à la mer, à la ville splendide de Reggio Calabria, « lieu du vent », l'une des plus anciennes villes d'Europe, et l'une des premières colonies grecques fondées en Italie, dans un territoire déjà habité par les Ausones et les Œnotres. Une histoire millénaire témoignée par les découvertes exposées au Musée national d'archéologie et idéalement incarnée par les étonnants bronzes de Riace qui y sont exposés.
Spirituels, historiques, aventureux

Parcours et sentiers

Pour les amateurs de trekking et de balades en plein air, la Calabre offre des itinéraires de grand charme. Entre la Sila et la mer, il y a l'itinéraire de Saint François de Paule, qui part de San Marco Argentano et se termine à Paule, sur la mer Tyrrhénienne ; plus à l'intérieur, la Sila offre le chemin de Joachim de Flore, de l'abbaye de Corazzo à San Giovanni in Fiore. Au cœur de l'Aspromonte court le Sentier de l’anglais, sur les traces de l'écrivain et illustrateur Edward Lear, tandis qu'entre l'Aspromonte et les Serres, vous pouvez parcourir le Sentiero dei briganti (le Sentier des brigands), de Gambarie à Stilo. Enfin, les 31 étapes du Sentiero Italia du CAI offrent la possibilité de parcourir toute la crête des Apennins, du Monte di Reggio à Morano Calabro.

per saperne di più

Newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

© Ente Parco del Pollino | All rights reserved.